Souvenirs d'enfance : réalité ou imaginaire ?

Je ne sais pas si vous aussi vous avez peu de souvenir de votre enfance et adolescence.


De mon côté je n’y ai jamais fait attention jusqu’à ce que Damien (mon mari) me dise un jour que lui se souvenait de tout. Il a comme une mémoire photographique de chaque instant de son passé.


Il est vrai de nous avons toujours une vision personnelle de nos moments ensemble, cela est en lien avec le vécu dont je vous parlais dans le post précédent mais aussi aux émotions du moment. Et si notre inconscient pouvait nous jouer des tours aussi ?


Je m’explique en tant que coach et praticienne en hypnose j’ai appris que la vérité nous est propre et personnelle voir engrammée. C’est-à-dire que l’on peut à la fois se créer un souvenir à partir de quelque chose de réel mais aussi d’irréel.

Une personne peut affirmer savoir comment une situation s’est produite et passer au détecteur de mensonge pour prouver la véracité de ses affirmations et potentiellement découvrir des années plus tard que c’est l’histoire qu’elle se racontait.

Et si je vous dis qu’un mensonge est une vérité en soi, qu’est-ce que cela vous fait ressentir ?


Je vais vous raconter ce qui m’a amené à cette réflexion en avril 2021. En 1992, l’année de mes 12 ans, j’ai vécu un été inoubliable pour moi. Un mois en vacances avec ma mère, mon père, mes frères et ma sœur, mes cousins et ma cousine… C’était tellement idyllique pour moi cette période.

Nous étions à Gruissan et ma mère avait pu louer un de ces cabanons au bord de la plage.

Nous étions nombreux et j’étais heureuse d’être avec chacun d’eux pour des vacances remplies de joies, de rires, de découvertes et de liberté.


J’allais tous les jours à la plage par tous les temps. Je me souviens d’une journée à la plage sous la pluie fine et les vagues de la mer plus hautes que d’habitude : c’était incroyable !

Toutes les couleurs avaient changé et c’était extraordinaire de découvrir ça avec mes yeux de jeune adolescente en plein changement aussi.


Durant mes vacances, j’ai aussi rencontrés des copains/copines de familles logeant à proximité et nous jouions souvent entre les cabanons aux explorateurs et à cache-cache.

C’est à cette période là que j’ai inventé mon plus gros mensonge car j’ai raconté à ces copains/copines qui ne me connaissaient pas que nous étions 2 dans le ventre de ma mère, 2 filles. J’avais donc une sœur jumelle morte dans le ventre de ma mère que je n’avais pas connue.

Je ne savais pas pourquoi j’avais inventé cette histoire, mais je me souviens qu’ils étaient fascinés par ma façon de la raconter. J’avais l’impression d’être importante à leurs yeux et d’exister encore plus avec cette jumelle dont j’assumais totalement sa mort selon mes dires à cette période.

J’ai finalement avoué le dernier jour de mes vacances au garçon qui me plaisait, après qu’il m’est offert un de ses pin’s pour ne pas que je l’oubli, que ma jumelle n’existait pas, que j’avais inventé l’histoire.

Je me souviens que j’étais très gênée, voir honteuse de l’avouer et je ne sais pas si ma mémoire est exacte mais il me semble qu’il n’a rien dit, cela semblait ne pas avoir d’importance pour lui.


J’ai continué ma vie paisiblement durant des années sans vraiment repenser à ces moments jusqu’à ce qu’un ami me fasse un soin énergétique il y a plusieurs années et me pose la question suivante : « Si je te dis que tu as une sœur jumelle qui est morte dans le ventre de ta mère, est-ce-que ça te parle ? ».

Et là Wouawww, tout me revient en tête et me fait rire car « oui ça me parle grave ! » et je lui raconte l’été de mes 12 ans.

Je trouve cela à la fois étrange et excitant. Car à cette période je venais de commencer à parler ouvertement de mon magnétisme et je ressentais le besoin qu’il me confirme que « je n’étais pas folle ! » et lors de ce soin j’avais une révélation impactante : mon « mensonge » était une vérité !


Comment cela pouvait être possible ?

J’ai donc appris que bien plus que de grossesses que l’on pensait pouvaient être gémellaires. De plus, je suis gauchère et cela peut être une possibilité selon certains. Il faut dire que quelques années plus tôt nous regardions beaucoup de documentaires avec Damien et ceux sur les jumeaux me fascinaient.

A ce moment-là mon histoire inventée est devenue un réalité, une vérité.

J’en étais heureuse car j’expliquais mon histoire comme un suivi d’intuition dû à mon « innocence » et ma « pureté ».

Et puis j’avais toujours été attirée par les jumeaux ayant des cousins qui le sont, donc je trouvais ça cool.


J’ai donc continué à vivre avec toujours à l’esprit cette jumelle que j’avais baptisée lors du soin « Natacha ». J’aimais à m’imaginer sa vie « là-haut » et que même si nous étions séparées nous avions une connexion très spéciale, comme télépathique.

Je me suis, par la suite, mise à acheter des oracles pour m’initier à la divination afin de mieux recevoir les messages de l’au-delà. Natacha faisait comme partie de moi, donc j’avais envie de mieux la connaître et cela me donnait l’impression de mieux vivre.


Pourtant en Novembre 2020, lors d’un nouveau soin énergétique la praticienne m’amène à découvrir que je suis en colère. Contre Natacha ? contre moi ?

Pourquoi suis-je restée ?

Pourquoi pas elle ?

Qu’ai-je de plus qu’elle ?

Abandon ?

Rejet ?....

Un milliard de questions et quelques réponses qui me permettent de m’apaiser même si l’origine de ma colère reste encore inconnue.


Et en décembre 2020, lorsque je me suis présentée lors d’un tour de table en formation, une évidence est apparue : me raconter passe par le lien que j’ai avec les autres dont celui de Natacha.

La naissance et mon lien avec Natacha,

mon enfance et celui avec mes parents et ma fratrie,

celui avec mon ex fiancé

et puis Damien….

et ainsi de suite jusqu’à aujourd’hui.


Pourquoi parler de moi en « Je » est aussi compliqué à ce moment-là ?

Je me rends compte par la même occasion que je ne sais pas dire mes valeurs,

que parler de moi seule, simplement Marie, est comme une énigme pour moi finalement.

Comme si je ne m’étais jamais posée la question « qui suis-je ? » pour me demander « qui sont les autres pour moi ? ».


Ce constat m’a amené facilement et rapidement à me poser toutes ces questions me concernant. Et très simplement j’ai pu y répondre même si cela peut ne pas paraître évident pour d’autres lors d’une démarche de développement personnel.


Cette fameuse question : « Et si c’était faux pour Natacha, qu’est-ce que cela te ferait ? » a été le déclencheur de ma réflexion sur le mensonge qui devient vérité.

Car finalement, que ce soit vrai ou faux, est-ce véritablement important ?

Suis-je réellement quelqu’un de différent avec ou sans elle ?


Personnellement je pense que même si cela m’a permis d’avancer sur la découverte de ma singularité et de mes capacités, avoir remis en question son existence m’a totalement libérée de ma colère qui était dirigée contre moi-même puisque je ne me permettais pas d’exister et de vivre en étant simplement moi-même.

Je ne mets pas en doute ce qui m’a été dit durant les différents soins énergétiques car aujourd’hui j’ai la sensation qu’ils ont lu ce souvenir puissant de mon adolescence où j’ai ressenti beaucoup d’émotions diverses en plus de la crise d’adolescence qui faisait son apparition.

Je croyais à cette histoire sans savoir comment réellement la gérer.

Ils m’ont accompagné à des moments donnés bien précis de ma vie, pour m’éclairer sur ma vision intérieure.

C’était à moi d’en reconstituer les puzzles selon ma vérité et ma façon de voir les choses à chaque moment de ma vie.

Me poser véritablement la question commençant par « et si … » m’a simplement permis de comprendre que quoique cela puisse être « mensonge » ou « vérité » cette histoire m’a fait du bien à un moment de ma vie pour mieux me comprendre et me connaitre par la suite.

J’avais besoin de moi à 100% dans ma vie, de mon amour, de mon écoute, de ma joie, de mon analyse, de mes prises de recul, de ma bienveillance, de mes taquineries, de mon humour, de tout ce qui fait moi en toute simplicité et sans pièce de puzzle en plus pour me compléter et me rendre parfaite.

Je suis parfaite telle que je suis et cette évidence a été un trésor de bonheur.

Oui, de bonheur je vous assure c’est véritablement comme cela que je l’ai vécu lorsque toutes les étoiles de ma constellation « évidence que je suis parfaite telle que je suis en tout temps et à tout moment » se sont allumées en même temps pour me laisser découvrir un magnifique visage dans le ciel de mes souvenirs : le mien.


Et pour la première fois je me suis reconnue et j’en ai été remplie de joies, de gratitude et d’amour.

Réaliser que je m’aime telle que je suis m’a fait un bien fou et m’a totalement décomplexée sur le « qu’en dira-t-on ? ».

Je savais que tout ce que j’avais fait durant toutes ses années étaient par amour pour moi, pour répondre à mes besoins sans en avoir conscience.


Aujourd’hui, cette histoire fait partie de mon passé. Je lui donne la place d’exister dans mes souvenirs parce qu’elle me fait du bien et me donne le sourire rien que de vous en parler. Réelle ou pas, comme pour l’arbre généalogique finalement, cela m’est égal je garde ce qui me fait du bien.

Et aujourd’hui c’est de garder l’énigme en moi en sachant que ce soit vrai ou faux : Je suis et je reste Marie, une femme de 41 ans heureuse de savourer amoureusement sa vie.

41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout